Taxi

Coronavirus : les changements des compagnies de taxi avec le confinement

En cette période de confinement, les déplacements sont tous limités pour ceux qui sont strictement nécessaires. Mais les compagnies de taxis restent toujours disponibles pour assurer le déplacement de passagers, avec des mesures prises pour diminuer le risque de propagation du virus.

C’est un discours assez difficile à faire passer pour une entreprise spécialisée dans le transport de personnes : « Restez chez vous, mais, si vous en avez vraiment besoin, nous sommes là ». Mais quels sont les changements pour ce métier ? Dans cet article, faisons le tour du sujet.

Le renforcement de la vigilance sanitaire dans les transports

Afin de protéger les chauffeurs de Taxi SaintQuentin en Yvelines, de nouvelles restrictions ont été imposées par l’État. En effet, la vigilance sanitaire dans les transports a été renforcée. Le gouvernement a publié dans la nuit du 19 au 20 mars un arrêté comprenant une nouvelle restriction de mesures pour lutter contre la contagion du coronavirus, en appoint d’un précédent arrêt datant du 14 mars.

Il comprend de nouvelles impositions pour les acteurs de transports, comme les taxis. Toujours autorisés, leurs services restent toujours disponibles même si l’activité est en baisse. La fréquence des déplacements en commun a été diminuée, le Taxi SaintQuentin en Yvelines connaît une chute de chauffeurs et de clients, tout comme les VTC.

Deux tiers des chauffeurs sont à l’arrêt et seulement 20 à 25 % restent dans l’activité. Les acteurs de transports publics devront, en fonction de ce nouvel arrêté, réaliser une désinfection des voitures au moins une fois par jour et garder une distance d’un mètre entre le public et le conducteur. Dans les bus, il est désormais interdit de monter et descendre par la porte avant, sauf si l’usage de celle-ci permet de garder une distance d’un mètre au moins entre le passager et le chauffeur.

Les acteurs sont aussi tenus de disposer à bord de chaque voiture les précautions d’hygiène et d’éloignement social obligatoires, particulièrement la distanciation d’un mètre entre chaque personne. La vente de billets à bord (typiquement dans les bus) est stoppée. Les acteurs qui ne respectent pas ces règles vont voir leurs services interdits.

Les nouveaux tarifs des compagnies de taxi en 2020

Quel complément si vous réalisez une réservation en ligne ? Quel est le tarif minimum qu’on peut vous demander ? Quel est le forfait pour vous rendre dans un aéroport ? Les nouveaux prix des courses de Taxi SaintQuentin en Yvelines ont été fixés en début de février 2020.

En 2020, le prix minimum d’une course passe à 7,30 euros pour tous les taxis parisiens ou non parisiens. Par ailleurs, les tarifs des taxis sont désormais limités à 4,18 euros pour la prise en charge ; 1,15 euro pour celui du kilomètre traversé ; 37,46 euros pour le tarif horaire relatif à la période d’attente (en cas de réservation par le client) ou de marche lente.

Pour les taxis en paris, les compléments pour réservation sont, comme à l’année dernière, de 4 euros en cas de réservation immédiate  et 7 euros en cas de réservation à l’avance.

De plus, pour toutes les courses de Taxi SaintQuentin en Yvelines, seul un appoint « passager » de 4 euros peut être appliqué à partir d’une cinquième personne déplacée. Les prix forfaitaires établis pour les courses immédiates des taxis parisiens entre Paris et les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et d’Orly (dans les 2 sens) ont augmenté par rapport au prix pratiqué de ceux de l’année dernière.

    • 58 euros entre l’aéroport de Paris : Charles-de-Gaulle et Paris rive gauche ;
    • 53 euros entre l’aéroport de Paris : Charles-de-Gaulle et Paris rive droite ;
    • 32 euros entre l’aéroport de Paris-Orly et Paris rive gauche ;
    • 37 euros entre l’aéroport de Paris-Orly et Paris rive droite.

Il existe aussi des prix forfaitaires pour les courses qui se relient avec l’aéroport de Nice Côte d’Azur :

    • 80 euros entre l’aéroport de Nice et Cannes ;
    • 32 euros entre l’aéroport de Nice et Nice-centre ;
    • 90 euros entre l’aéroport de Nice et Monaco.

Enfin, pour les courses qui concernent l’aéroport de Toulouse Blagnac, ces prix forfaitaires varient entre 15 euros et 45 euros en fonction de la zone de la ville.

Les refus des clients présentant des symptômes de coronavirus

Du côté de Taxi SaintQuentin en Yvelines, il est désormais interdit de monter à l’avant, à côté du chauffeur. Le texte affiche que « la présence de nombreux passagers doit se mettre aux places arrière », en objection plausible avec les règles d’éloignement d’un mètre s’appliquant aux transports publics.

La voiture doit être ventilée « en permanence ». « Il faudra donc faire le trajet avec une fenêtre ouverte au moins, qu’il y a de client ou pas. Les passagers devront emmener tous leurs déchets et le chauffeur va devoir assainir sa voiture une fois par jour au minimum.

Enfin, les conducteurs ont le droit de refuser un client qui présente des symptômes d’infection au Covid-19. C’est une filtration qui était espérée de la part des clients comme des chauffeurs.

Les taxis ne servent pas à faire déplacer des malades, ils sont là pour garantir la suite économique du pays et faire déplacer les personnels de santé.

D’après le discours du président de la République du 16 mars, Bas du formulaire

un personnel de santé pour lesquels les taxis seraient d’ailleurs mobilisables. Mais pour l’instant, aucune précaution matérielle n’a été affichée sur les personnels et les sujets soignants peuvent utiliser des taxis de la même façon que le reste des spécialistes ayant besoin de se déplacer. Il n’y a pas eu d’appropriations de taxis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *